Comment rédiger son Accompagnement Social Individuel (ASI) au DECESF ?

Dans cette page vous trouverez une méthodologie de l’intervention individuelle lorsque vous êtes en formation DECESF et que votre rapport de stage est à dominante ASI.  Il s’agit d’une épreuve intégrée au DC2 et nécessite une rédaction rigoureuse et une prise de distance car le jury va évaluer vos capacités à devenir professionnel. 
Ici j’ai préféré vous insérer un exemple d’ASI réalisé chez un bailleur social avec notamment la partie Présentation de la structure et l’énoncé de la situation d’une étudiante CESF que j’ai aidée, qui m’a autorisé à diffuser son écrit de façon anonyme et qui a eu 17/20 à l’écrit. 
Si vous recherchez une méthodologie pour l’exposé oral je vous invite à consulter cet article : 5 conseils pour réussir la soutenance orale

VOUS AVEZ BESOIN D’UNE AIDE POUR RÉDIGER VOTRE MÉMOIRE OU VOTRE ASI ? VOTRE ISIC ? UNE CORRECTION ? UNE RELECTURE INTÉGRALE ? 

Si toutefois cet exemple n’est pas suffisamment aidant pour vous je vous invite à me solliciter afin que j’apporte un regard à votre dossier et des pistes d’améliorations, de correction, de rédaction ou de réécriture. De même si vous avez besoin d’une aide à la préparation de votre soutenance orale n’hésitez pas à me contacter.



Bon courage !
D’autres articles susceptibles de vous intéresser : 
La VAE DECESF
Une ISIC vacances en familles 
Un exemple d’introduction du mémoire CESF
La méthodologie de l’ASI

EXEMPLE D’UN ASI  CHEZ UN BAILLEUR SOCIAL 

Dans le cadre de cet écrit, j’ai fait le choix de vous présenter la situation sociale d’une personne retraitée que j’ai accompagnée durant mon stage de troisième année préparant au DECESF. Celui-ci s’est déroulé auprès d’une conseillère en économie sociale  et  familiale  de novembre 2014 à avril 2015 au sein d’un bailleur social.

I. Cadre et spécificité du site qualifiant

Au sens strict du code de la construction et de l’habitation, les organismes bailleurs sociaux sont des constructeurs disposant d’un agrément au titre du service d’intérêt général défini principalement comme : la construction, l’acquisition, l’amélioration, l’attribution, la gestion et la cession de logements locatifs à loyers plafonnés ainsi que la réalisation d’opérations d’accession à la propriété destinées à des personnes dont les revenus sont inférieurs à certains plafonds.La loi pour l’Accès au Logement et un Urbanisme Rénové (ALUR) est extrêmement riche: elle entend répondre à de nombreux enjeux, comme en témoignent ses 4 grands titres :
 •I/ Favoriser l’accès à un logement digne et abordable, •II/ Lutter contre l’habitat indigne et les copropriétés dégradées, •III/ Améliorer la lisibilité et l’efficacité des politiques publiques, •IV/ Moderniser les documents de planification et d‘urbanisme.
Le bailleur social existe depuis 1923 et sa mission principale est de proposer une accession à la location ceux qui rencontrent des difficultés à se loger dans les conditions habituelles du marché. En effet, 65 % des ménages français ont un revenu inférieur aux plafonds fixés par l’Etat et 1/4 des ménages de la CUS habitent des logements sociaux. 

a)Présentation de l’équipe


Au sein de l’agence l’équipe se compose :
– d’un responsable d’antenne qui définit les objectifs de ses équipes en adéquation avec les orientations stratégiques du bailleur. Dans un objectif de qualité des services rendus et d’optimisation de la gestion immobilière de l’organisme, il rend compte régulièrement des actions engagées et des résultats obtenus.
– de deux chargés de gestion locative qui assurent la qualité de la relation client sur toutes les étapes de la vie du bail, depuis la signature du contrat du locataire lors de son entrée dans le logement jusqu’à l’établissement du solde de tout compte. Ayant un profil CESF, elles accompagnent les locataires dans leurs besoins, analyse les éventuels problématiques, et orientent le public vers d’autres structures. 
– de deux agents d’accueil ayant pour mission principale l’accueil du public. Elles répondent aux réclamations techniques en envoyant les demandes des locataires aux différents professionnels (chauffagistes, plombiers…etc.) pour qu’ils puissent agir rapidement. Aussi elles font le lien entre les locataires et les agents d’immeuble lors des réclamations concernant les parties communes. Enfin, elles assurant la liaison entre les locataires et les chargés de clientèles pour toutes les questions relatives aux impayés de loyer, aux conflits de voisinages ou encore aux mutations. 
-d’un responsable de site qui a pour mission d’encadrer et de coordonner l’équipe des gardiens d’immeuble. Il se doit de mettre en œuvre les services quotidiens rendus aux locataires.  Il contrôle la bonne exécution des travaux réalisés par les gardiens d’immeuble. Il tient à jour les registres de contrôle (ascenseurs, colonnes sèches…etc.) Le responsable de site collabore avec les chargés de travaux et les chargés de clientèle pour gérer son site. 
– de quatre gardiens d’immeuble ayant pour missions l’entretien courant et la maintenance des parties communes et privatives ainsi que des abords des immeubles. Ayant chacun sous leur responsabilité un secteur, il assure quotidiennement la maintenance des immeubles du secteur. Ils interviennent dans les parties communes et y réalisent des réparations, aussi, ils réalisent des travaux électriques hors tension conformément à l’habilitation électrique, ils contrôlent le nettoyage palier et enclenche la procédure facturation en cas de défaillance du locataire et rédigent et distribue les éventuels avertissements. De plus, les gardiens d’immeuble participent au maintien de la tranquillité du quartier. En effet, ils réalisent des petits travaux de peintures, ils surveillent et sécurisent les logements inoccupés, ils signalent au chargé de travaux les éventuels dysfonctionnements sur les aires de jeux, ils repèrent et signalent les voitures tampons et participent au déneigement si cela est nécessaire. Les gardiens d’immeuble sont également chargés de distribuer le courrier des locataires du quartier. 

b) Rôle et mission de la Conseillère en économie sociale et familiale chez un bailleur social


Au sein de la direction des services décentralisés, la CESF assure la gestion socio-commerciale de son secteur en luttant au quotidien contre la vacance et les impayés dans le respect des procédures d’attribution établies par le bailleur. Elle veille à la cohérence et à la qualité de service rendu au client. Elle assure également tous les actes courants de la gestion locative, de la signature du bail jusqu’au congé du locataire, assume le traitement des impayés en phase précontentieuse et gère les conflits de voisinage dans le cadre et les limites du contrat de location. 
Sa mission est multiple, elle oriente et conseille le client locataire et évalue ses besoins, elle recherche de nouveaux clients en lien avec la direction de la proximité, elle effectue des visites de  logements, des états des lieux d’entrées et de sortis avec les clients et prépare l’acceptation. Elle établit également le bail et les autres dossiers (APL, LOCAPASS, FSL…) Elle occupe en parallèle une mission de conseil et d’information auprès des locataires sur les droits et obligations liés au bail et accompagne le client dans son installation. De plus, elle réalise des visites de courtoisie au terme de deux mois maximum après l’installation lorsqu’un locataire a bénéficié d’un accompagnement social lié au logement, ou lorsque qu’un besoin est repéré. 
Par ailleurs, la CESF réceptionne et suit les demandes de mutation et la résiliation des baux, enregistre les compteurs d’eau au départ du locataire et respecte les délais de traitement contractualisés avec le directeur des services décentralisés. En plus de la technicité de ses missions, elle réalise des accompagnements sociaux quand un celui-ci est nécessaire. Elle oriente les locataires quand la mission du bailleur ne lui permet pas d’agir, elle travaille en partenariat et en réseau avec les travailleurs sociaux du Centre Médico Social du quartier. Enfin, elle est également en lien avec des structures d’hébergement pour faciliter l’accès au logement des personnes hébergées et est en relation avec des associations favorisant l’accès et le maintien au logement ou encore, des associations en faveurs des droits des locataires.  

c) Partenaires du bailleur 


Le bailleur travaille en partenariat principalement avec la communauté urbaine au vue des nombreuses réhabilitations et constructions. De plus, afin de veiller au bon fonctionnement du quartier, le bailleur participe au projet mener par la mairie de quartier mais également celle qui émane du centre social et culturel. Aussi, et afin de répondre au mieux au besoin des locataires, le bailleur fait régulièrement appel aux associations tel que « SOS aides aux habitants ». Cette dernière favorise l’entente entre les habitants lorsqu’il y’a un conflit entre voisin. 
Le bailleur travaille également en partenariat avec le centre medico social du quartier lorsqu’une problématique est observée. En effet, les travailleurs sociaux du secteur accompagne les locataires lors d’une mesure d’accompagnement social liée au logement par exemple, ou encore lorsque le locataire rencontre des difficultés à honorer son loyer. Régulièrement, des réunions sont organisées par le bailleur, où sont présent les travailleurs sociaux du CMS et la CESF. Le but de ces réunions est de faire un point sur les situations particulières.  


d) Le phase de pré contentieux 


La  conseillère en économie sociale et familiale
 a pour mission principale l’accompagnement social du locataire le traitement des impayés en phase précontentieux.  Il s’agit pour elle de prévenir, d’évaluer et de maitriser les risques d’impayés. Il arrive souvent, que des locataires rencontrent des difficultés à honorer leur loyer. Pour cela, elle leur propose, afin d’éviter d’avantage les impayés de loyer, de mettre en place un échelonnement de la dette. 
Le locataire peut choisir le montant qu’il souhaite ajouter tous les mois à son loyer. Le choix est laissé au locataire afin d’appuyer la bonne foi. La phase précontentieuse comprend plusieurs étapes. Lors de chaque étape, un courrier est adressé au locataire, avec soit une prise de rendez- vous avec la CESF afin de trouver une solution à l’impayé, soit une relance si le locataire n’a pas répondu à la convocation du bailleur ou un rappel lorsque le bailleur se rend compte que le plan d’apurement n’a pas été respecté. Un courrier signifiant la fin du plan d’apurement est également envoyé quand le locataire ne le respecte plus depuis plusieurs mois. Le bailleur en lien avec la CESF se doit d’essayer d’améliorer la situation en envoyant plusieurs courriers et en relançant plusieurs fois le locataire. Après toutes ces relances, le locataire reçoit un courrier lui informant une saisine de ces droits CAF et si le bailleur ne reçoit aucune nouvelle du locataire, un dernier courrier lui est  envoyé, stipulant l’envoie de son dossier locatif au service contentieux. Cette procédure de précontentieux, peut durer pendant plusieurs mois sans arriver au service contentieux du fait de l’irrégularité du paiement du loyer ou du respect du plan d’apurement. C’est le cas de la situation que j’ai choisi de vous présenter dans mon ASI au DECESF. Le locataire est en phase précontentieux depuis plusieurs années du fait de l’irrégularité du paiement du loyer mais également des nombreux plans d’apurement contractés mais pas respectés. 

II. Enoncé de la situation ASI au DECESF

1. Origine et nature de la première rencontre


Outre les multiples missions des chargées de clientèle, qui ont un profil CESF, elles assument en grande partie le traitement des impayés en phase précontentieuse. Elles reçoivent les locataires en entretien afin de trouver des solutions pour améliorer leur situation locative.
J’ai pu, tout au long de mon stage ASI, participer aux accompagnements qu’elles mènent avec les locataires lors d’un impayé de loyer. C’est dans ce contexte que j’ai rencontré Mr J le lundi 22 décembre 2014.  En effet, celui-ci a été contacté par courrier par la chargée de clientèle en raison du non-respect de paiement d’un plan d’apurement mis en place en juin 2014. Monsieur faisait l’objet d’une dette locative et le bailleur avait contractualisé avec lui ce plan en vue d’apurer la dette. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.