Comment rédiger son TEDI ?

Parfois, les étudiants éducateurs spécialisés sont en difficulté pour trouver une méthodologie ou un exemple lorsqu’ils doivent élaborer un Travail en Equipe et Dynamiques Institutionnelles (TEDI) portant sur la communication professionnelle au sein d’une structure sociale et éducative. Pour vous aider dans la rédaction du TEDI je vous propose plus bas un exemple complet et des conseils de rédaction afin que vous puissiez saisir la méthodologie demandée.

Bon courage !


Articles susceptibles de vous intéresser

Méthodologie du mémoire éducateur spécialisé

La trame du DPR

Réussir son LIVRET 2 VAE éducateur spécialisé

COACHING DEES : BESOIN D’AIDE POUR RÉDIGER SON MÉMOIRE ? SON TEDI ? SON DPR ? SES SOUTENANCES ORALES ?

Si vous rencontrez des difficultés pour avancer dans vos travaux n’hésitez pas à me contacter par téléphone, par mail ou en prenant rendez-vous via le planning en ligne. La première prise de contact est gratuite, je prends de mon temps pour réaliser avec vous une évaluation de vos besoins.

.

EXEMPLE DU TEDI FILIÈRE ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ

Au regard de cet écrit, vous allez mieux saisir la méthodologie attendue.

Introduction du TEDI

Actuellement en deuxième année de formation d’éducateur spécialisé, je vais vous faire part de mon parcours professionnel, durant lequel j’ai découvert différents fonctionnements du travail en équipe, en faveur de l’accompagnement social et éducatif.


En première année au sein d’un Institut Médico-Educatif (IME) en hébergement, cette expérience  m’a permis de découvrir les missions d’un internat accueillant des adolescents présentant un retard mental. Mon deuxième stage, quant à lui, s’est déroulé en accueil de jour diversifié, ainsi nous travaillons avec des jeunes mères et leurs enfants, adolescents, des familles en difficulté et en grande précarité.

Ayant apprécié l’accompagnement en internat avec des adolescents, cela a suscité mon envie de continuer au sein d’un même mode de fonctionnement. A partir de ces rencontres et échanges, j’ai eu le souhait d’approfondir mes connaissances et mon travail avec les adolescents. Cela explique notamment mon choix de stage de dernière année qui s’est déroulé au sein d’un institut thérapeutique, éducatif et pédagogique, dont la situation justifie un hébergement.

Pour la réalisation du TEDI, je vais m’appuyer sur mon expérience vécue au sein de l’accueil de jour, afin de présenter le travail effectué en équipe pluridisciplinaire. Dans un premier temps, je présenterai l’établissement puis j’introduirai une situation décrivant mon implication et celle de différents professionnels, suite à un désaccord avec une mère dont son enfant est accueillie au sein de la structure. Puis je vais mettre en lumière la façon dont l’équipe a coordonné leurs actions.
Je poursuivrai par une analyse, démontrant l’importance du travail en équipe, à travers différents outils de communication utilisés, pour favoriser la cohérence des interventions éducatives auprès des jeunes. Enfin, je finaliserai ce dossier en présentant l’évolution de mon positionnement professionnel.

Présentation de l’établissement

Histoire de la structure où se déroule le TEDI


L’association a été fondée en 1944, dans le cadre d’une philosophie humaniste et personnaliste orientée vers l’enfance en danger. Elle a un double mouvement de protection et d’intégration des enfants et des adolescents en difficultés, en situation de risque et de danger physique et moral. L’action de l’association a été conduite vers deux ambitions :
–    Recueillir et accueillir ;
–    protéger et accompagner les enfants physiquement et moralement abandonnés.

Elle a été créée dans les années 50 par l’association départementale de la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence. Il obtient alors l’agrément de l’aide sociale à l’enfance pour y accueillir et former une cinquantaine d’adolescents.

C’est un ensemble éducatif diversifié de jour qui a pour principale mission d’accueillir dans le cadre judiciaire et dans le cadre administratif, des enfants, adolescents, jeunes majeurs et jeunes mères en danger dans leur évolution personnelle, familiale et sociale ou en risque de danger, et des mineurs délinquants, de 0 à 21ans.

Le cadre législatif du TEDI

La loi suivie par l’établissement est celle de 2000-2 qui a été renforcée par la loi du 11 Mars 2016 et qui a pour objectif de soutenir une reconnaissance de ces centres parentaux comme formule adaptée aux besoins actuels.
Le code civil, relatif à l’assistance éducative ; article 375 du code civil modifié par la loi n°2007-293 du 5 Mars 2007 article 14 JORF 6 Mars 2007

Si la santé, la sécurité ou la moralité d’un mineur non émancipé sont en danger, ou si les conditions de son éducation ou de son développement physique, affectif, intellectuel et social sont gravement comprise, des mesures d’assistance éducative peuvent être ordonnées par la justice à la requête des père et mère conjointement, ou l’un d’eux, de la personne ou du service à qui l’enfant a été confié ou du tuteur, du mineur lui-même ou du ministère public. Dans les cas où le ministère public a été  avisé par le président du conseil départemental, il s’assure que la situation du mineur est conduite dans le respect de l’égale dignité de tous les être humains, avec l’objectif de répondre de façon adaptée aux besoins de chacun d’entre eux et en leur garantissant un accès équitable sur l’ensemble du territoire.

Procédure d’admission

Avant chaque admission des modalités sont à effectuer, ainsi le chef de service reçoit le dossier par la direction, par la suite présente le dossier du jeune à son équipe, une décision est prise si le dossier est recevable le jeune doit s’entretenir avec le psychologue de l’équipe ensuite un entretien est fait avec un professionnel, le chef de service, la famille et le jeune. Delà un projet personnalisé ce constitue, une fois le projet fait, la prise en charge par l’équipe est mis en place.

Il y a deux types de placement possibles, à savoir l’accueil provisoire de l’enfant qui est à la demande de la famille afin de les soutenir dans l’accompagnement éducatif, le second qui est une ordonnance de placement qui est décidée par un juge des enfants. Le placement est effectué généralement à l’issue des signalements de l’éducation, des proches de la famille. 

Présentation des différentes structures

Au sein de l’association nous trouvons plusieurs structures dont l’accueil de jour, un accueil internat, une école interne pour l’ensemble des jeunes accueillis, le domaine famille d’accueil et des  mineurs non accompagné. L’association à des appartements à disposition dont ils sont propriétaire, des jeunes mamans et leurs enfants ainsi que des familles y sont installés.

L’accueil de jour diversifié était composé de trois dispositifs à savoir :
–    l’AEJ accompagnement de l’enfant au sein de sa famille
–    le DME, accueil des jeunes mères et leurs bébés
–    l’AEF accompagnement de l’enfant avec sa famille au sein de l’établissement

Ces trois domaines ont fusionné en une seule unité depuis la rentrée et ont été renommées DAPE, Domaine d’Accueil Parents/Enfants.  A présent les trois domaines reçoivent les mêmes usagers et ont les mêmes missions. De ce fait, nous retrouvons des familles, mère/enfant et les jeunes en difficultés dans chaque structure. La protection de l’enfance reste prioritaire pour les domaines d’accueils.
L’un des principaux buts de ce domaine d’accueil et d’éviter la séparation donc maintenir le lien du jeunes et sa familles et l’accompagner sans pour autant le retirer du domicile familial.

L’équipe

L’équipe du DAPE est pluridisciplinaire, elle est composée d’un chef de service, une coordinatrice, deux psychologues, une assistante sociale, cinq éducateurs spécialisés, quatre moniteurs éducateurs,
une aide psychologique, deux éducateurs sportifs et deux éducatrices jeunes enfants.

Le public accueilli et les missions du DAPE

L’accueil de jour diversifié, appelé DAPE, domaine d’accueil parents-enfants, accueille des enfants en danger ou/et en difficulté de 0 à 18ans, des jeunes mères et des familles en précarité.  La prise en charge individualisée est en fonction des besoins et des attentes qui est contractualisée par le PPE et le projet personnalisé

Étant en stage à l’accueil de Coulommiers, nous avions huit situations de jeunes de 8 à 18ans tous pratiquement déscolarisés, nous les accompagnons dans leurs démarches professionnelles, proposons des activités ludiques et éducatives, nous soutenons les liens familiaux et nous les aidons aussi dans leur quotidiens (gestion de la vie de tous les jours et satisfaction des besoins primaires).

Le domaine d’accueil parents/enfants a pour principales missions de:

–    Protéger l’enfant
–    Aider les personnes en difficulté
–    Rétablir une égalité des chances
–    Garantir les droits fondamentaux
–    Lutter contre l’exclusion
–    Favoriser l’insertion professionnelle et sociale
–    Considérer chacun comme acteur de son devenir

Il y a une diversité des missions pour les enfants, les familles, les adultes, en milieu ouvert dans l’établissement. Pour mener à bien les missions que l’équipe doit effectuer, il y a plusieurs interlocuteurs en ayant un travail en lien avec les partenaires locaux, une couverture de besoin qui s’étend sur l’ensemble du département.
Nous retrouvons une adaptation dans chacun des établissements, des projets, la modernisation de l’équipe et des équipements au sein du Manguier afin d’anticiper et répondre aux besoins de l’usager.

Les outils du travail en équipe du TEDI

a. Les réunions

Il y a la réunion d’équipe tous les mercredis matins, les trois structures sont présentes avec le chef de service, la coordinatrice et le psychologue du service. Ils évoquent des situations complexes de la semaine  celle qui ont étaient difficiles à gérer par les professionnels. Un Jeudi sur deux a lieu une mini-synthèse autour de trois jeunes du service au cours de laquelle les situations sont plus détaillées au vu du manque de temps lors des réunions hebdomadaires.
Les professionnels ont également des réunions de groupe d’analyse des pratiques une fois par moi. Je n’ai pas pu assister à ses réunions car les stagiaires n’y étaient pas conviés.

Comme Philippe Gaberan le met en évidence« les réunions sont des lieux d’élaboration de la pensée du travail éducatif en train de se faire, dans la mesure où elles sont tout d’abord des lieux de partage de l’information t donc l’élaboration de sens et de cohérence ». 

b. Les moyens de communication


La communication se définit : « Au sens large et par extension abusive désigne le message ou l’information que l’on a à transmettre. En théorie des communications, désigne le processus par lequel l’information est transmise d’un émetteur à un récepteur. Au sens étroit, désigne la nature même et le sens du processus : la relation interhumaine par laquelle des interlocuteurs peuvent se comprendre et se faire comprendre, ou s’influencer l’un l’autre ».

Au sein du service, plusieurs moyens de communications ont étaient mis en place, un journal de bord qui d’après Philippe Gaberan « il est devenu indispensable pour collecter les informations, relater les événements forte de la vie d’un groupe ou d’une structure, se faire l’écho des coups de gueule ou des coups de blues, des avancées ou des impasses du travail réalisé au jour le jour  ».

Cela permet à chacun de prendre connaissance des situations avant la réunion d’équipe, d’ailleurs c’est le moyen le plus utilisé dans le service. Il y a les téléphones portables de service qui permettent de se joindre en cas de besoin urgent ou afin de faire passer des informations informelles.

Chaque unité a son téléphone portable, cela est un moyen de communication adapté car le numéro est aussi transmis au familles qui peuvent joindre les éducateurs quand ils ne sont pas sur les structures. Après chaque intervention ou contact pris avec un usager.

Les temps informels sont aussi conséquents, car lors des repas l’équipe communique aussi autour des situations. La communication informelle modifie bien souvent les formes d’échange entre les professionnels. C’est un moment riche car il peut faciliter l’expression de certains ressentis difficiles à exprimer lors des temps formels.

La communication formelle et informelle est donc présente dans le projet de l’équipe. À tout moment, grâce à celle-ci, l’équipe peut prendre des informations sur la prise en charge du jeune, et sur les différents incidents. L’objectif étant une meilleure cohérence et une continuité.

Présentation de la situation qui justifie la mise en place du TEDI

a. Anamnèse et situation socio-éducative

Je vais donc vous présenter la  situation dans laquelle l’équipe pluridisciplinaire et moi-même avons été  mis en difficulté et celle qui m’a le plus interpellée. J’ai pu recueillir des observations qui concernent une jeune fille de 11ans, Sherone, qui a intégré le DAPE en 2014. Elle vivait avec sa mère dans la commune de Meaux et est  prise en charge par l’équipe de cette commune. Son père était incarcéré au début de la prise en charge et l’équipe avait très peu d’éléments le concernant. Nous avons malgré tout pu obtenir certaines informations par Sherone. Elle nous dit que Monsieur a fait apparition  dans sa vie très récemment.  Actuellement, il serait en liberté conditionnée, Sherone nous dit avoir passé quelques week-ends chez lui. Toutefois la mère ne nous parle pas de son ex conjoint avec qui elle a une relation assez conflictuelle. Nous sommes donc en contact qu’avec la Maman de Sherone, qui a beaucoup de difficulté à coopérer avec nous. Elle n’accepte pas la présence des travailleurs sociaux dans son éducation à l’égard de sa fille. De plus, elle refuse toute aide de notre part. Il s’agit là de la plus grande difficulté qui a été posée dans l’accompagnement de Sherone.

 Madame ne se présente à aucun rendez-vous et ne répond pas aux appels des éducateurs et du chef de service. Néanmoins elle envoie constamment des mails de menace à l’équipe en disant qu’elle partira vivre avec sa fille dans son pays d’origine en Afrique de l’Ouest. Elle dit que c’est la seule solution pour ne plus avoir affaire avec la protection de l’enfance. Elle dit se sentir harcelée par l’équipe et n’est pas satisfaite de notre accompagnement pour sa fille. Elle confie également ne pas avoir besoin d’aide de notre part, pourtant, Sherone avait beaucoup de difficultés à l’école ordinaire, plusieurs signalement ont d’ailleurs été faits car Madame venait chercher sa fille toujours en retard. De plus, Sherone n’avait jamais des tenues adaptées au temps qu’il faisait. Elle a aussi mentionné être seule chez elle sans surveillance d’un adulte à plusieurs répétition Après son intégration au DAPE. L’équipe a proposé de l’inscrire à l’école interne au vu des difficultés que Sherone rencontre ainsi que Madame. Elle a donc fait sa rentrée en Septembre 2015.

Depuis la prise en charge de Sherone, l’équipe n’arrive pas à travailler avec Madame. A ce propos, aucune évolution a été constatée depuis la prise en charge de Sherone. Son niveau scolaire  a  tout de même bien évolué. Néanmoins les tenues de Sherone ne sont toujours pas adaptées elle dit toujours être seule le soir. Madame ne semble pas réaliser le danger de laisser sa fille seule à l’appartement. Elle dit ne pas avoir le choix car  avec son travail qu’elle occupe. Aussi elle nous apprend qu’elle n’a trouvé personne pour garder sa fille avant son arrivée.

Au regard de tous ces événements, en réunion, l’équipe a fait un signalement au juge. En effet, au vu des antécédents de Madame, une ordonnance de placement  séquentiel a été actée. La finalité est que Sherone soit assistée par une famille d’accueil et qu’elle soit protégée des dangers qu’elle pourrait rencontrer lors des longues absences de sa mère.

Cet axe d’intervention était très difficile à mettre en place car Madame a totalement refusé cette alternative a la suite cette décision qui s’est faite par téléphone car Madame ne voulait pas se déplacer pour s’entretenir avec nous. L’équipe et moi-même nous sommes rendues à plusieurs reprises au domicile mais elle a toujours refusé de nous ouvrir. D’ailleurs, il est déjà arrivé qu’une discussion entre Madame et deux éducateurs aient eu lieu à travers sa porte. Madame a maintenu cette position sur la suite de la prise en charge,

b Les professionnels concernés par la situation

 Les éducateurs référents de la situation se sentaient démunis face à Madame. Ils ont dû passer le relais plusieurs fois lors des réunions afin d’évaluation si Madame était plus apte à parler avec une autre personne, mais cela n’a rien changé.

Le chef de service a aussi pris la situation en main, il a convoqué Madame afin de pouvoir discuter avec elle sans pour autant aller dans le conflit. Il a réussi à la voir un soir avec deux éducateurs référent de Sherone ainsi que la professeure de l’école interne qui elle aussi voulait voir madame pour pouvoir parler de sa fille. Lors de cet entretien, Madame a exprimé à tous les professionnels qu’elle emmènera sa fille dans son pays d’origine avec ou sans l’accord de l’équipe et qu’elle écrira un courrier au juge afin d’avoir son accord.

Après ce rendez-vous, en réunion,  ne voyant pas d’autre solution que de séparer Sherone de sa mère dans son intérêt, l’équipe a décidé de faire le placement de Sherone sans prévenir Madame dans l’immédiat car elle refusait toute coopération. Une fois que Sherone est arrivée chez sa famille d’accueil le chef de service a appelé Madame pour la prévenir de la décision. En effet, nous avons mis la stratégie en place le vendredi qui suivait le Mercredi de la réunion.

 Madame a été informée comme convenue, l’équipe a été verbalement agressée à plusieurs reprises par Madame via des appels et des texto en nous menaçant de nous agresser physiquement.
L’équipe a été très solidaire, ils ont su passer le relais quand un collègue était en détresse face à Madame et les menaces qu’elle proférait. Comme l’a mentionné Philippe Gaberan «l’équipe est l’un des tout premiers outils de l’éducateur ; celui sans lequel il ne peut pas exercer convenablement son métier».

Il y a eu une importante communication entre professionnel face à la situation. Face à cette intervention, les référents avaient besoin de relais. Plusieurs éducateurs ont pris la situation à tour de rôle au vue du travail à faire avec madame. Les référents ne se sentaient plus apte à gérer la colère  de Madame et se disaient épuisés. Ils ont salué cet investissement de groupe.
De part cette situation, il est nécessaire d’évoquer la notion de cohésion au sein de l’équipe pour cela je vais définir ce terme qui me semble être important au sein d’une équipe.
 « La cohésion c’est l’énergie du lien entre les personnes, plus une équipe renforce sa cohésion, plus elle est performante et plus ses membres y trouvent les conditions de leur épanouissement. La cohésion d’une équipe suppose deux conditions, la cohérence de la structure et la coopération entre les membres ».

Par ailleurs, huit éducateurs ont été concernés par la situation ainsi que le psychologue de l’équipe et le chef de service. Les réunions été souvent orientées autour de cette situation car elle se dégradait progressivement. Les professionnels perdaient patience face à une mère très insultante et violente. Un moment il a même été question de mettre fin à la prise en charge, car tous les professionnels s’usaient et ne supportaient plus les insultes et le comportement de Madame.
 Cependant, la communication au sein de l’équipe a circule de façon adaptée les professionnels sont réactifs et dans l’échange permanente entre eux comme  MUCCHIELLI Roger le dit «Une équipe heureuse, fait montre d’un climat chaleureux, un climat de confiance, où le sentiment d’appartenance est prégnant, source de cohésion. « La cohésion est fondée principalement sur la qualité du lien d’appartenance de ses membres ».

Ma place de stagiaire éducatrice spécialisée dans l’équipe où a lieu le TEDI

Lors des réunions concernées par la situation, j’ai rarement participé aux échanges avec l’équipe. J’étais dans l’observation et à l’écoute de l’évolution de la situation et des propositions donnaient par les professionnels. Au vue du grand nombre de professionnels en réunion, l’échange était souvent difficile à gérer, plusieurs avis étaient donnés face à cette situation. Deux semaines  avant  la fin de mon stage,  j’ai souhaité donner mon point de vue face à la situation complexe qui était présente.

 Il m’a semblé nécessaire d’exprimer mon idée, après plusieurs questionnements que j’ai eus. En effet, j’ai constaté  que Madame était très attachée à ses origines africaines. Elle a plusieurs fois évoqué dans les mails qu’elle envoyait aux éducateurs, le fait qu’elle soit d’origine africaine et qu’elle soit accompagnée par les services sociaux est très mal vu dans sa culture.
 Par rapport à cette culture, elle refuse totalement la collaboration avec l’équipe. J’ai donc proposé une alternative, à savoir lui proposer un professionnel qui puisse intervenir en adoptant une approche interculturelle. L’équipe ne s’est pas opposé à cette idée ils pensent même que cela serait sûrement bénéfique de pouvoir communiquer avec Madame par ce biais.

Dans l’équipe il n’y avait pas d’éducateurs originaires d’Afrique. Cependant le chef de service a prévu de contacter une éducatrice qui était dans un autre service au sein de l’association afin qu’elle essaie d’entrer en contact avec Madame. Cette professionnel serait sollicitée dans un premier temps avec Madame avant l’entretien pour faire connaissance et observer le comportement de celle-ci suite au changement de professionnel. Par la suite il s’agirait de lui proposer un entretien concernant le placement de Sherone.
Mon stage ayant pris fin avant le rendez-vous de Madame et l’équipe, je n’ai pas pu connaître la suite de cet entretien, néanmoins ma proposition semble avoir été prise en compte.

Conclusion du TEDI éducateur spécialisé

Pour conclure, le travail en équipe sur cette situation a eu un impact positif, les professionnels ont su ce soutenir et prendre le relais. Dans cette prise en charge, une cohésion d’équipe s’est créée, d’après Roger MUCCHIELLI «  la cohésion est fondée principalement sur la qualité du lien d’appartenance de ses membre» . Cette dynamique de groupe  est venue soulager les référents de la situation, ils ont pu se reposés sur les collègues ainsi que le chef de service.

Il y a certes différents points de vue dans une équipe qui peuvent être difficiles à gérer lors des regroupements. J’ai aussi constaté l’importance et la place d’un chef d’équipe, il est celui qui arrive à trancher les avis et gérer les réunions. Lors de cette prise en charge, sa présence était importante, au regard des professionnels qui étaient pratiquement tous démunis au point de ne plus être en capacité d’apporter de réponse éducative à Madame. Le chef de service est également intervenu, sa posture de chef d’équipe a permis d’amorcer un autre angle dans la relation avec madame. A ce propos, Philippe Bernoux, sociologue, propose d’aborder une organisation à partir de 4 axes : la division des tâches (qui fait quoi), la distribution des rôles (la façon dont chacun s’acquitte de sa tâche), le système de communication (comment est assurée l’élaboration, la gestion et la transmission de l’information entre les acteurs au sein de l’organisation) et le système de contribution-rétribution (l’individu apporte une contribution à l’organisation et reçoit en échange une rétribution. En ce sens, nous pouvons évoquer le salaire qu’il reçoit en échange de ses heures de travail, par exemple) .

A l’issue de son  intervention, un apaisement et une écoute de la part de la maman se sont installés.
Enfin, j’ai identifié que le travail en équipe est une force car il permet à chaque professionnel, de pouvoir se confier et trouver différents axes de travail autour d’une situation complexe à évaluer.

2 réponses à “TEDI au DEES : méthodologie, exemple et conseils de rédaction”

  1. Bonjour ,
    Je suis actuellement à 3ème Années éducateur spécialisé ..
    j’aimerai savoir plus d’informations concernant le tedi car je suis en pleine écriture de mon dossier
    Je vous remercie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.